phoque dans l'eau

Une volonté politique est nécessaire pour mettre fin aux négligences concernant l’habitat marin européen

Les experts en environnement avertissent que la vie marine en Europe est menacée parce que les États membres de l’UE négligent de gérer activement leurs aires marines protégées.

Des organisations environnementales – y compris ClientEarth, Coalition Clean Baltic, Oceana, Seas at Risk et le WWF – ont fait appel à une action politique urgente des dirigeants européens pour améliorer la situation. Cela inclut une meilleure gestion de ces zones pour assurer le statut de conservation d’espèces et d’habitats protégés et pour mettre un terme aux activités humaines qui continuent de nuire à ces «refuges».

L’inaction menace une grande partie de la biodiversité du réseau marin de sites protégés Natura 2000, qui, sur papier, protège environ 10% des eaux de l’Union européenne.

Cependant, en réalité, la vie marine dans une grande partie de ces zones est de plus en plus menacée en raison du manque de gestion, de surveillance et de financement des efforts de conservation. Les États membres risquent à présent de ne pas s’acquitter de leur obligation d’améliorer la conservation du milieu marin d’ici 2020, conformément à l’objectif d’Aichi 11 de la Convention sur la diversité biologique et à la directive-cadre sur la stratégie pour le milieu marin de l’UE.

Cette semaine, les pays de l’UE se réuniront à Majorque pour le deuxième séminaire sur la mer organisé à l’échelle de l’UE afin de discuter des moyens de garantir la conservation et la gestion des sites marins Natura 2000.

La réunion fait partie d’un processus en cours lancé par la Commission européenne en 2012 pour aider les États membres à améliorer le statut des espèces et des habitats protégés par les directives de l’UE sur les oiseaux et les habitats. Elle contribue à l’objectif de la stratégie de l’UE en matière de biodiversité de préserver la vie marine remarquable et vulnérable de l’UE.

Le réseau d’aires protégées n’est pas réparti uniformément entre les pays et, dans la plupart des cas, la gestion et le suivi des sites sont incomplets et compromis par un financement peu sûr. Cela met l’objectif de créer un réseau d’aires marines protégées pour conserver et restaurer la vie marine de l’UE en danger.

Tatiana Lujan, juriste à ClientEarth spécialisée dans la conservation de la faune, a déclaré: « Sur le papier, les pays européens ont réalisé d’importants progrès dans la désignation des aires marines protégés. Cependant, en réalité, ces sites ne protégeront la biodiversité marine de l’Europe que si des mesures concrètes sont prises.

« Les États membres doivent maintenant fixer des objectifs cohérents avec l’état de conservation de ces sites – y compris la restauration des zones qui en ont besoin – et veiller à ce que les activités menées sur ces sites, telles que la pêche, ne portent pas atteinte à leur intégrité ou à leurs chance de restauration. »

Partager...
Share on Facebook! Tweet this! Share on LinkedIn! Email!

Robyn Budlender

Suivre notre travail

Vous pouvez nous aider

Votre soutien nous aide à utiliser la loi pour protéger votre environnement.