Bratislava, Slovakia

Un tribunal slovaque défend le droit des citoyens à une meilleure qualité de l’air à Bratislava

Les habitants de la capitale slovaque ont gagné leur bataille judiciaire pour une meilleure qualité de l’air après qu’un tribunal a jugé que le plan de la qualité de l’air de la ville enfreignait les lois slovaques et européennes.

Le tribunal régional de Bratislava a défendu les droits d’un groupe de 10 citoyens de la ville et des organisations environnementales non gouvernementales CEPTA, ClientEarth, VIA IURIS et Cyclokoalicia.

Le programme d’amélioration de la qualité de l’air, élaboré par les autorités du district de Bratislava, est vague et ne contient aucun objectif spécifique défini par la directive de l’UE sur la qualité de l’air.

À la suite de cette décision, l’autorité du district de Bratislava devra élaborer un nouveau programme comprenant des mesures efficaces pour améliorer la qualité de l’air dans la ville dans les plus brefs délais.

Agnieszka Warso-Buchanan, juriste à ClientEarth, a déclaré: « En tant que membre de l’Union européenne, la Slovaquie doit veiller à ce que les lois conçues pour protéger les personnes contre la pollution atmosphérique nocive soient respectées et appliquées. Cependant, une grande partie de la population slovaque, en particulier des habitants de villes comme Bratislava, est toujours exposée à des niveaux de pollution illégaux qui continuent de menacer la santé humaine.

« Le tribunal slovaque a précisé aujourd’hui que le plan relatif à la qualité de l’air ne fonctionnait pas et devait être réécrit. Les autorités doivent maintenant veiller à ce que la qualité de l’air soit améliorée afin de respecter les limites légales le plus rapidement possible. »

Dana Mareková, une militante contre la pollution de l’air à Bratislava, a ajouté: « La décision de la cour nous permet d’espérer une amélioration de la qualité de l’air en Slovaquie.

« Nous croyons que la décision de la cour mènera à des programmes qui protégeront mieux notre santé des substances nocives que nous respirons. »

Selon le dernier rapport de l’Organisation mondiale de la santé sur la pollution de l’air et la santé des enfants, environ 93% des enfants mondiale âgés de moins de 15 ans (1,8 milliard) respirent chaque jour un air tellement pollué qu’il met leur santé et leur développement en péril.

Partager...
Share on Facebook! Tweet this! Share on LinkedIn! Email!

Hans Permana

Suivre notre travail

Vous pouvez nous aider

Votre soutien nous aide à utiliser la loi pour protéger votre environnement.