Notre plainte déclenche une enquête sur les quotas de pêche de la Médiatrice européenne

La Médiatrice européenne a officiellement annoncé l’ouverture d’une enquête à la suite de notre plainte contre le manque de transparence du Conseil de l’UE concernant les quotas de pêche.

Le mois dernier, nous avons déposé une plainte contre le Conseil après de nombreuses années de quotas de pêche inexpliqués, supérieurs aux avis scientifiques pour des limites de pêche durables.

Lors de sa conférence de presse annuelle, la Médiatrice européenne a souligné que ” Les fameuses réunions des ministres à Bruxelles, qui durent toute la nuit, se tiennent à huis clos malgré l’importance des décisions prises pour la pérennité des stocks de poissons et des emplois dans les communautés de pêcheurs en Europe”.

En réponse à la nouvelle de l’ouverture d’une enquête en réponse à notre plainte, notre juriste, Anne Friel, a déclaré:

« Il s’agit d’un avertissement clair aux gouvernements des États membres avant qu’ils ne commencent à négocier des quotas de pêche pour 2020: le public a le droit de savoir si leurs gouvernements réclament des quotas non viables qui mettent en péril la santé de nos océans.

« Chaque année, les ministres européens de la Pêche fixent des limites de pêche insoutenables lors de réunions à huis clos. Ce manque de transparence empêche le public de demander des comptes aux gouvernements.

« Les documents de réunion du Conseil doivent être disponibles rapidement et fournir des informations pertinentes pour aider le public à comprendre ce que font leurs gouvernements. Une plus grande transparence inciterait également les ministres à suivre les conseils des scientifiques plutôt que de céder aux exigences de l’industrie. Année après année, les ministres européens n’ont pas réussi à mettre un terme à la surpêche. Sans action urgente, l’UE ne respectera pas son obligation légale de garantir des limites de pêche durables d’ici 2020. »

Selon un récent rapport sur l’état et la reconstruction des pêcheries européennes, 69% des 397 stocks évalués (poissons et autres espèces) étaient encore sujet à la surpêche au cours de la dernière année avec les données disponibles.

Partager...
Share on Facebook! Tweet this! Share on LinkedIn! Email!

Thomas Millot

Suivre notre travail

Vous pouvez nous aider

Votre soutien nous aide à utiliser la loi pour protéger votre environnement.