Rovinari, centrale a charbon, Roumanie

Lancement d’une action en justice contre une des plus polluantes centrale à charbon de Roumanie

Greenpeace Roumanie, avec le soutien de ClientEarth, a lancé une action en justice contre un permis à vie accordé à l’une des plus anciennes et des plus grandes centrales à charbon de Roumanie.

Greenpeace Roumanie cherche à annuler le permis de l’usine, qui ne serait pas conforme aux nouvelles lois européennes plus sévères sur la pollution et ne tiendrait pas compte de son impact sur la santé des personnes et de la planète.

Le nouveau permis a été accordé en septembre 2018 et permet à la centrale de Rovinari de fonctionner indéfiniment.

Dominique Doyle, juriste à ClientEarth, a déclaré: « Rovinari est l’une des centrales les plus polluantes en termes d’émission de CO2 de l’Union européenne et l’une des plus mortelles en termes de pollution atmosphérique, mais étonnamment, elle vient d’être autorisés à polluer indéfiniment sans avoir à évaluer ces risques.

« Le récent rapport du GIEC des Nations Unies a confirmé que l’Europe avait besoin d’un système énergétique totalement exempt de combustibles fossiles d’ici 2030. Cependant, en accordant ce permis illimité, la pollution de ce géant n’a pas de fin. »

Des évaluations clés doivent être effectuées lors de l’autorisation, de la modification ou de l’extension de certains projets afin d’évaluer l’impact sur la santé des personnes, l’environnement et le climat.

Une Etude d’Impact environnemental (EIE) aurait dû être réalisée, ou du moins envisagée, avant la prolongation du permis de Rovinari. Une EIE évaluerait les effets de la pollution de l’usine pendant toute sa durée de vie. Le fait de ne pas envisager une EIE dans ce cas ne respecte pas les lois européenne et roumaine.

Rovinari se trouve également en amont d’un site de protection de la nature de l’UE qui abrite des dizaines d’habitats et d’espèces menacés. La centrale est suffisamment proche pour qu’une évaluation appropriée soit effectuée afin de déterminer son impact sur les habitats et les espèces qui dépendent du site. Cela n’a pas été le cas.

Cosmin Pleşcan, militant de Greenpeace Roumanie, a déclaré: « Le site naturel constitue une source d’eau essentielle pour de nombreuses espèces et habitats menacés. Le permis permet à la centrale de rejeter des quantités importantes de mercure, une substance dangereuse, directement en amont du site.

« Nous devons savoir quels sont les effets de la pollution chimique pour faire en sorte que ces précieux écosystèmes ne soient pas exposés à des menaces supplémentaires.

« Si ces évaluations ne sont pas effectuées maintenant, elles ne le seront jamais et pourraient causer des dommages irréversibles aux personnes, à la nature et au climat. »

L’autorité dispose d’environ un mois pour répondre au défi administratif posé par Greenpeace Roumanie. Si aucune modification n’est apportée au permis pour rectifier ces violations de la loi, les militants contesteront le permis devant les tribunaux.

Partager...
Share on Facebook! Tweet this! Share on LinkedIn! Email!

Greenpeace Romania

Suivre notre travail

Vous pouvez nous aider

Votre soutien nous aide à utiliser la loi pour protéger votre environnement.