jouets en plastique

La Commission européenne doit faire face à la réalité des perturbateurs endocriniens

ClientEarth a rejeté l’avis de la Commission européenne selon lequel la réglementation actuelle sur les perturbateurs endocriniens est suffisante lorsqu’il existe encore des lacunes flagrantes.

Les juristes en droit de l’environnement de ClientEarth ont également critiqué l’évaluation élogieuse de la Commission de son propre travail de réglementation des perturbateurs endocriniens, qui a été ponctué de retards injustifiés et de critères illégaux.

L’évaluation faisait partie d’une réponse de la consultation publique à la « feuille de route » de la Commission pour les perturbateurs endocriniens – des produits chimiques qui peuvent perturber les systèmes endocriniens sensibles de la flore et de la faune. La Commission a maintenant terminé la consultation, qui était censée constituer une première étape dans le processus de révision tant attendu de sa stratégie sur les perturbateurs endocriniens vieille de 19 ans.

Dans leur contribution à la consultation publique, les juristes de ClientEarth ont exposé les nombreuses lacunes qui empêchent encore l’UE de protéger efficacement les gens et l’environnement contre les perturbateurs endocriniens. Ils ont également détaillé les actions que la Commission doit entreprendre pour résoudre ces problèmes.

Apolline Roger, juriste à ClientEarth, a déclaré: « Nous sommes préoccupés par le ton de célébration employé par la Commission pour décrire la capacité du cadre réglementaire actuel à relever le défi des perturbateurs endocriniens et par l’absence d’engagements réels pour combler les lacunes actuelles en matière de protection de l’environnement et de la santé.

« Nous apprécions la feuille de route comme une reconnaissance que la Commission doit proposer une stratégie sur les perturbateurs endocriniens mais nous invitons la Commission, à la suite de la feuille de route, à saisir l’occasion pour adopter la stratégie européenne indispensable et tant attendu sur les perturbateurs endocriniens. »

Actuellement, les propriétés chimiques des perturbateurs endocriniens ne sont pas systématiquement identifiées et réglementées, ce qui empêche l’UE de prévenir efficacement leurs effets néfastes dans les jouets, les cosmétiques et d’autres articles d’usage courant.

Apolline a ajouté : « La stratégie doit contenir des engagements allant au-delà de ce qui est déjà fait ou prévu, conformément à ce qui est exigé par la résolution du Parlement européen de 2013, la conclusion du Conseil de 2016 et les huit demandes de la coalition « ECD-free » (une coalition qui lutte pour la fin des perturbateurs endocriniens) pour une stratégie de l’UE. »

Share this...
Share on Facebook! Tweet this! Share on LinkedIn! Email!

Markus Spiske

Suivre notre travail

Vous pouvez nous aider

Votre soutien nous aide à utiliser la loi pour protéger votre environnement.