Bison d'Europe

Des avocats se mobilisent pour mettre fin à l’abattage du bison polonais

Des juristes spécialistes de l’environnement contestent l’autorisation d’abattre 40 bisons européens protégés dans le nord-est de la Pologne.

Les juristes de l’ONG ClientEarth ont récemment soumis une demande au directeur général de la protection de l’environnement de Pologne pour reconsidérer la décision d’abattage, qui, selon les avocats, est injustifiée.

Juste avant le Nouvel An, le directeur général a autorisé deux services d’inspection forestière à procéder à l’abattage. Dans les deux cas, les arguments invoqués pour justifier cette décision suscitent de sérieux doutes scientifiques et juridiques.

Avec seulement 54 individus enregistrés au début du siècle dernier, le bison d’Europe, le plus grand mammifère terrestre du continent, a frôlé l’extinction. Après des décennies d’efforts de reproduction, environ 2,000 bisons vivent désormais dans des troupeaux en liberté et des centres d’élevage fermés en Pologne.

Cependant, l’espèce est toujours en danger d’extinction et la législation interdit l’abattage délibéré de bisons, ainsi que leur déplacement ou leur transport au-delà des frontières de l’État.

Agata Szafraniuk, juriste spécialisée dans la protection des espèces sauvages à ClientEarth, a déclaré: « L’abattage de bisons ne peut être autorisé que dans des cas exceptionnels, justifiés hors de tout doute, s’il n’y a pas d’alternative. À notre avis, les décisions du directeur général de la protection de l’environnement ne répondent pas aux critères susmentionnés. »

L’inspection forestière de Borki, un village du nord de la Pologne situé près de la frontière lituanienne, a prétendu qu’il était nécessaire de tuer 20 bisons pour réguler leur nombre et selon l’âge et le sexe du troupeau vivant dans sa forêt.

L’inspection forestière de Krynki, une ville de l’est de la Pologne proche de la frontière avec la Biélorussie, a déclaré qu’elle ne tirerait que sur les bisons gravement malades, blessés, agressifs ou causant des dégâts au récoltes.

Les deux services d’inspection des forêts ont fondé leurs décisions sur une stratégie largement critiquée pour la conservation du bison européen. De nombreux experts affirment que les recommandations concernant la taille maximale des troupeaux décrites dans le document ne reflètent pas les connaissances scientifiques actuelles.

Szafraniuk a ajouté: « Le directeur général n’a pas vérifié s’il y avait effectivement trop de bisons dans les deux troupeaux par rapport à la zone qu’ils habitent et, si oui, s’il existait une alternative à l’abattage. »

Selon les scientifiques qui critiquent les décisions, les autorités devraient envisager de réduire l’intensité de l’alimentation hivernale au lieu d’un abattage sélectif, car la disponibilité anormalement élevée de nourriture tout au long de l’année a pour conséquence que de nombreux jeunes bisons naissent et atteignent l’âge de la reproduction.

« Ces troupeaux à croissance rapide dépassent alors les limites, qui ont été définies sans aucune preuve scientifique à l’appui. Par conséquent, le bison d’Europe est une autre espèce qui meurt à la suite de décisions d’abattage fondées sur des erreurs humaines. ClientEarth proteste contre l’abattage irréfléchi de ces rares animaux protégés », a déclaré Szafraniuk.

« Nous nous efforcerons d’abroger les décisions néfastes du directeur général afin de veiller à ce que la gestion de la population de bisons d’Europe en Pologne soit conforme à la loi et aux connaissances scientifiques les plus récentes. »

Partager...
Share on Facebook! Tweet this! Share on LinkedIn! Email!

Adam Ławnik

Suivre notre travail

Vous pouvez nous aider

Votre soutien nous aide à utiliser la loi pour protéger votre environnement.