Feet walking

De nouvelles données sur la qualité de l’air montrent que Bruxelles ne prend pas la pollution de l’air au sérieux

Bruxelles a échoué dans sa lutte contre les dépassements illégaux des niveaux de pollution de l’air dans la capitale, les niveaux continuant à dépasser les limites légales du dioxyde d’azote (NO2) selon de nouveaux chiffres.

Selon la directive européenne sur la qualité de l’air ambiant, chaque État membre doit soumettre des mesures annuelles sur la qualité de l’air à la Commission.

Les nouvelles données montrent que Bruxelles a enfreint la limite légale de NO2 (40 μg /m3), avec des niveaux de pollution annuels pour 2016 (48 μg/m3) encore plus élevés que ceux de 2015 (45 μg/ m3).

Les données révèlent que la qualité de l’air dans la ville n’a guère amélioré depuis 2011 et indique un manque total d’ambition et d’urgence de la part du gouvernement bruxellois en matière de protection de la santé de la population.

Ugo Taddei, avocat chez ClientEarth a déclaré: « Les données démontrent une fois de plus que les autorités bruxelloises ne parviennent pas à protéger ses citoyens de la pollution atmosphérique.

« Un changement radical est nécessaire: le gouvernement régional doit adopter un véritable plan de qualité de l’air et mettre en œuvre des mesures ambitieuses et efficaces pour que la pollution de l’air soit au-dessous des niveaux dangereux dès que possible. »

Sur cette base, ClientEarth, avec cinq résidents locaux, ont déposé une plainte l’an dernier contre les autorités régionales de Bruxelles. Les avocats spécialisés de droit de l’environnement veulent obtenir un plan de qualité de l’air qui s’attaquera à la pollution illégale et à la surveillance précise de la qualité de l’air. Une audience aura lieu à Bruxelles en novembre.

Des mesures indépendantes réalisées par ClientEarth cette année ont révélé des failles alarmantes dans le réseau de surveillance officiel et ont montré que les autorités bruxelloises dissimulent l’état réel de l’air dans la capitale.

Le gouvernement bruxellois a annoncé ce mois-ci l’entrée en vigueur de la zone basse émission de polluants, dont la première phase est prévues dès le 1er janvier 2018. Ceci signifie que les véhicules les plus anciens (voitures diesel Euro 0 et Euro 1) ne circuleront plus dans la capitale à partir de l’année prochaine.

Toutefois, il est peu probable que cette décision ait un effet tangible sur la qualité de l’air puisque seulement 9% des voitures à Bruxelles sont de standard Euro 0 et Euro 1. La phase Euro 6 la plus stricte n’entrant en vigueur qu’en 2025, les citoyens bruxellois continueront alors d’être exposés à des niveaux de pollution illégaux pendant de nombreuses années.

L’une des plaignantes, Karin De Schepper, a déclaré: « Il n’y a plus de désaccord scientifique: la pollution de l’air réduit la fonction pulmonaire des enfants, aggrave les conditions telles que l’asthme et expose chaque citoyen à un risque accru de développer des maladies cardiaques et pulmonaires. Malgré tout ce que nous savons à ce sujet, il n’y a toujours pas d’action de la part de nos élus pour informer correctement la population. »

Lies Craeynest, un autre demandeur a ajouté: « Les mesures faibles des autorités bruxelloises n’apportent aucun changement réel. Que faudra-t-il aux responsables pour faire face à la plus grande crise de santé publique en Europe? Nous n’avons pas d’autre choix que de respirer l’air. C’est notre droit pour que cela soit propre. »

Share this...
Share on Facebook! Tweet this! Share on LinkedIn! Email!

Samuel Foster

Articles liés

Plus sur

Feet walking

De nouvelles données sur la qualité de l’air montrent que Bruxelles ne prend pas la pollution de l’air au sérieux

Bruxelles a échoué dans sa lutte contre les dépassements illégaux des niveaux de pollution de l’air dans la capitale, les niveaux continuant à dépasser les limites légales du dioxyde d’azote (NO2) selon de nouveaux chiffres.

Passenger in vehicle

ClientEarth lance une action en justice afin d’éviter un autre Dieselgate

De nouvelles réglementations permettraient aux constructeurs automobiles de garder leurs systèmes de contrôle d’émissions confidentiels au risque d’engendrer un nouveau Dieselgate, selon ClientEarth.

Qualité de l’air à Bruxelles : Action en justice contre le Gouvernement bruxellois

Aujourd’hui, des citoyens bruxellois, soutenus par le groupe d’avocats environnementaux ClientEarth, ont déposé une action en justice contre le Gouvernement bruxellois

Suivre notre travail

Bulletin d'information (EN)

Recevez nos bulletins d'information par email pour connaître les dernières informations sur notre travail ainsi que des articles sur les questions environnementales, scientifiques et politiques d'actualité.